Les symptômes du DCSI

Le déficit en saccharase/isomaltase ne permettant pas l’hydrolyse du saccharose et des oligosaccharides issus de l’amidon, cela conduit à l’accumulation de ces sucres dans la lumière intestinale.

Les symptômes sont tout d’abord d’ordre digestif :
  • Diarrhées (souvent explosives et très abondantes)
  • Ballonnements (un gonflement très important du ventre peut être observé)
  • Maux de ventre très intenses (à se courber en deux)
  • Fortes nausées
  • Vomissements
  • Selles caractéristiques de malabsorption très abondantes
  • Un reflux gastro-oesophagien
  • Un érythème fessier est parfois observé
  • Soif très intense
Effets de l’absorption de saccharose :

Suivant les quantités de saccharose absorbées, ces symptômes peuvent commencer à se manifester dans les 30 minutes qui suivent l’ingestion, ou 1h30 après. L’apogée des symptômes se situe usuellement 5 h après le repas. Ils perdurent entre 1 et 3 jours suivant les quantités de saccharose ingérées.

Effets de l’absorption d’amidons :

Les amidons provoquent des symptômes digestifs à retardement. Dans un premier temps, ce sont les ballonnements, maux de ventre et RGO qui sont observés 5h après l’ingestion. Les diarrhées (ou alternance constipation/diarrhée) ne surviennent en général que 24 h après l’ingestion, et peuvent durer jusqu’à 4 jours, suivant l’accumulation des quantités.

Tous ces symptômes digestifs s’estompent avec l’établissement d’un régime alimentaire adéquat, et après l’élimination de toutes les accumulations dans l’intestin.

Sévérité des symptômes :

La tolérance est très variable d’un individu à l’autre : certains peuvent ingérer jusqu’à 7 g de saccharose pour 100 g d’aliment par jour, alors que d’autres ne peuvent pas ingérer plus d’un gramme sans que les premiers symptômes se manifestent.
Certains individus tolèrent mieux l’amidon que d’autres.
Cette différence de tolérance dépend de l’activité des différentes enzymes, et du relais qu’a pris la flore intestinale.
C’est à chacun de faire des expérimentations pour définir sa propre tolérance…

Les symptômes peuvent donc varier d’une personne à l’autre en fonction de la sévérité de son déficit enzymatique, de la nature de sa flore intestinale, mais aussi en fonction de sa morphologie (longueur du colon par exemple). Chez les enfants, l’intestin grêle étant plus court que chez les adultes, la capacité d’absorption de l’excès de liquide intraluminal est réduite, et les symptômes digestifs peuvent être plus spectaculaires.

Si le régime alimentaire est inadapté, les symptômes empirent rapidement dans le temps, du fait de l’accumulation dans l’intestin. C’est pourquoi après le diagnostic, en phase d’introduction de nouveaux aliments, il ne faut pas prendre de ce nouvel aliment plusieurs fois par jour. Il faut attendre 2 jours, avant de tester une nouvelle ingestion. De même il est préconisé d’introduire un nouvel aliment au maximum tous les 3 jours.

La nature des aliments ingérés (ceux qui ne comportent ni saccharose, ni amidons) a un impact sur le temps de transit et sur les symptômes digestifs. Par exemple, les lipides ont tendance à ralentir le transit, et donc à améliorer légèrement l’absorption d’amidons pris dans un même repas.

Symptômes autres que digestifs, usuellement observés :
  • Hypoglycémie (liée au manque de glucides), avec tous les symptômes connexes (difficulté à se concentrer et à tenir des raisonnements logiques, difficulté à se tenir debout, tremblements, sensation de faiblesse générale, nausées, confusion dans les paroles). Un enfant aura tendance soit à se mettre à l’écart des autres, à s’allonger, ou faire des crises de colère. Il peut également devenir tout blanc.
  • Irritabilité, grande nervosité (symptômes qui précèdent ou surviennent en même temps que les premiers signes digestifs). Ceci se caractérise par des coups de colère assez brutaux.
  • Perte de poids rapide, dénutrition
  • Grande fatigue (fatigue dès le réveil, et bien visible par la présence de gros cernes quotidiens, malgré un temps de sommeil suffisant).
  • Crampes
  • Troubles ORL : sinusite chronique, rhinopharyngites à répétition, bronchites, otites, pneumonies, voix cassée, rhinorrhée, blépharite. Des amidons en excès semblent provoquer ce type de problématique chronique (surviennent d’abord les diarrhées, puis 24h après, ces manifestations d’ordre ORL).
  • Réactions inflammatoires et auto-immunes (tendinites, ORL,…)
  • Carences (vitamines, oligo-éléments, minéraux)
  • Problèmes rénaux (du fait d’un régime hyper-protéiné)
  • Allergies (oeuf, poisson, fraises, kiwis,…)
  • Autres intolérances (histamine,…)